Avant de commencer mon article, je tiens à préciser : je ne suis ni vegan, ni écologiste, mais je pars du principe qu’il n’y a pas de petites avancées sans petits gestes. Donc je fais attention à mon impact écologique : je coupe la lumière en sortant des pièces, je ne laisse pas couler l’eau pendant que je me lave les dents, je ne mange pas de viande tous les jours, j’ai banni le lait depuis longtemps de mon alimentation… mais ça ne me prive pas des plaisirs ponctuels d’une loooongue douche bien chaude ou d’un bon steak bien grillé.

Ma réflexion est née à la suite d’une vidéo trouvée sur YouTube (lors d’un énième moment de perdition sur la toile…) : la jeune fille en question présentait un haul de ses dernières trouvailles, nous montrant une paire de chaussures et un sac en simili cuir (comprendre : en plastique) et nous vantant les qualités de ces accessoires cruelty free. Ben oui, jusque là, elle n’a pas bien tort : aucun animal n’a été tué pour ce faux cuir ! Mais ces accessoires sont en plastique… et on sait que le plastique est polluant ! Et puis, un sac en simili a une durée de vie bien moins longue qu’un sac en cuir, du coup, il faudra en racheter un plus rapidement… alors je me suis demandée : peut-on être vegan et écolo ? Peut-on être vegan en achetant un sac en cuir synthétique chez Primark, par exemple ?

En farfouillant sur le net, j’ai enfin obtenu ma réponse. En fait non ! L’industrie du plastique, est (tout autant que celle du cuir), extrêmement polluante. Du coup, l’idéal, c’est de fuir le vrai cuir et le faux cuir bas de gamme pour acheter ce qu’on appelle le cuir vegan. Un bien bel oxymore (pour les littéraires qui suivent) : comment un cuir animal peut-il être vegan ?

 

Soit le cuir est un vrai cuir recyclé… donc en soit, un animal n’a pas été tué uniquement pour votre jolie paire de mocassins mais plutôt pour le vieux canapé tout ramolli dont est issue votre jupe. Bon, si ça peut vous donner bonne conscience… mais il y a quand même eu un animal de tué !! Donc il s’agit là de vrai cuir mais ce n’est pas vegan.

Soit le cuir est issu de l’industrie polluante du plastique… on appelle ça le cuir skaï ou encore le simili cuir. On le sait, c’est maaaal mais ça coûte extrêmement PAS cher.

Soit le cuir est issu du recyclage du plastique (chambre à air, bouteilles, etc.) jusque là, pas bête l’idée, plutôt écolo dans le geste… mais pour moi, on n’est plus trop dans du cuir. Chez moi, on appelle toujours ça du plastique ! (rapport au paragraphe sur la qualité d’un sac en synthétique qui dure moins longtemps)

Soit le cuir est issu de matières végétales : alternative assez étonnante… du cuir issu de lin, de chanvre, de champignon ou même d’ananas (le Piñatex) !! Mais également extrêmement couteuse.

Source : ananas-anam.com/pinatex

Mais il faut remettre les choses dans le contexte actuel : l’appellation cuir est protégée par décret depuis 2010. Eh oui, il faut aussi penser aux professionnels du vrai cuir qui grognent face à cette concurrence, à leurs yeux, déloyale… Sachez que le mot cuir « concerne uniquement la matière obtenue de la peau animale » selon ce même décret.

Du coup, ben… le cuir vegan, par définition, ça ne peut exister !

Du coup, on adopte quelle démarche, si on veut être écolo ET vegan ? On oublie le cuir : qu’il soit véritable ou synthétique, on l’oublie. On le sort de son esprit et on oublie ce terme. A la place, on vise plutôt les matières alternatives (comme le Piñatex, mon grand chouchou) ou issues du recyclage !

 

Publicités