C’est la nouvelle série Original Netflix… probablement la petite dernière de 2016 ! Le trailer officiel est apparu assez récemment… et la série est sortie vendredi 16 décembre, pour le bonheur de tous ceux qui voulaient fuir la furie des magasins, le dernier week-end avant Noël…

 

Le trailer, assez prometteur, nous offre une série de science-fiction made in Netflix… comme je les aime. 8 épisodes, d’une heure chacun. A l’image de Stranger Things, j’imagine quelque chose de très prenant et passionnant. Et puis en fait, non.

the-oa-700x393

 

The OA : la nouvelle série Netflix à fuir !!!

Dans un premier temps, on pourrait croire que je vous conseille de la fuir parce que l’on devient vite accro… mais en fait, non !

Je tiens à dire que la mise en scène, la façon de filmer et le jeu des acteurs sont excellents. Je ne peux pas le nier. Ce que je dénigre, c’est le storyboard, l’histoire et son déroulement…

Prenons le premier épisode… l’histoire a du mal à s’installer, le téléspectateur a du mal à accrocher… bon jusque là, ça semble assez normal : l’épisode dure un peu plus d’une heure… plus que 7 pour me raconter votre histoire ! Et là, BAM, à 10 min de la fin de l’épisode, Netflix te balance le générique de début !! J’imagine assez bien la chose dans les bureaux Netflix…

Hey dude, j’ai complètement zappé de mettre le générique au début…’

‘C’est pas grave ! Il reste 10 min avant la fin du premier épisode…
tu peux le caler là’

Déjà, là, je me suis dit ‘purée, on n’est pas dans la merde‘… en gros, je venais de perdre une heure à regarder l’introduction de la série !

netflixoriginalseries-800x450

Mais ensuite, la série ne progresse pas plus vite. Nombreuses sont les scènes inutiles…
le vent dans les arbres : + 30 secondes au montage
le survol d’une maison au milieu de la neige : +15 secondes au montage
l’héroïne jouant du violon : +60 secondes (x5) au montage
etc.

Coucou le réalisateur, fallait le dire si tu voulais faire un documentaire !

Du coup, on a cette impression que la série n’avance pas. Articulée autour de flashbacks puis de retour à la réalité de l’héroïne… l’histoire ne progresse pas ! Nombre de fois, j’ai eu cette envie de regarder en accélérer voire même d’avancer certains passages !

Prenons, par exemple, le trailer : quasiment toutes les scènes qui le composent sont issus des derniers épisodes de la série… étrange, non ?

Et puis ce soucis de rebondir sans cesse entre passé et présent… eh bien l’on ne s’attache à aucun personnage ! Pas même à l’héroïne qui semble complètement grillée des neurones… menteuse, manipulatrice, on ne sait plus trop à quel saint se vouer avec elle !!

the-oapng

Du coup, je me suis accrochée à la série… j’ai pris mon mal en patience : je voulais voir la fin (même si j’en avais déjà deviné une partie) ! 8 heures de série à espérer un happy ending… et puis à la fin, tout s’accélère : il reste 30 minutes, et là, un nombre incalculable de choses se passent… comme si cette fin était bâclée, comme si on avait dit au réalisateur : ‘eh Patrick, en fait, ce n’est pas 20 épisodes que l’on fait mais 8 donc abrège !‘.

Bref, adieu le happy ending. La série se termine en laissant vos questions sans réponse. On ne s’est donc attaché à aucun personnage, on s’est senti bien mal à l’aise pendant quelques épisodes, on a gentiment perdu notre temps et on n’a reçu aucune réponse à nos interrogations… on reste sur notre faim, quoi ! Et du coup, on a perdu 8 heures de notre vie…

utfogi

Publicités